Oculaires: champ apparent vs champ réel

 

     Champ apparent d’un oculaire

     Lors de l’achat d’un oculaire il existe une spécification qui est souvent ignorée par les amateurs. Il s’agit du champ apparent de l’oculaire. Le champ apparent d’un oculaire pourrait se définir comme le champ de vision que cet oculaire pourrait nous procurer si on pouvait simplement observer au travers de celui-ci sans télescope. C’est-à-dire avec un grossissement de 1, ce qui est impossible avec un oculaire de par sa construction qui nécessite un moyen d’amplification, c’est-à-dire qu’il faut le combiner avec d’autres lentilles ou miroirs pour pouvoir observer un objet au loin.

     Prenons par exemple un oculaire de type Plossl qui possède typiquement un champ apparent d’environ 50 degrés. Si on pouvait mettre cet oculaire à notre œil et avoir une image nette (au foyer), on y verrait une image qui aurait un champ 50 degrés avec un facteur de grossissement de un.

     Champ réel d’un oculaire

    Le champ réel (cr) d’un oculaire peut se résumer comme étant le champ de vision que nous procure un oculaire sur un télescope donné. Effectivement, si on utilise le même oculaire sur deux télescopes différents, celui-ci nous donnera deux images différentes, c’est-à-dire de Grossissement et de champ réel différents.

     Le champ réel peut se calculer si on connaît le champ apparent de l’oculaire ou bien on peut le mesurer simplement en observant une étoile.

     Méthode par calcul

     Pour trouver le champ réel d’un oculaire par calcul, il faut : connaître le facteur de grossissement G de cet oculaire ainsi que son champ apparent (ca).

     Supposons le télescope d’André*. 150mm f/5 avec un oculaire Plossl de 25mm et un ca de 50degrés. Trouvez  le champ réel (cr) de cet oculaire lorsqu’il est utilisé sur son télescope.

       Le champ réel est donné par la relation suivante:          cr = ca / G                 

      Où :    cr est le champ réel

               ca est le champ apparent

              G est le grossissement                                                                       

        Il faut tout d’abord trouver G  soit :   750mm / 25mm = 30

       On peut maintenant faire le calcul pour trouver cr  soit :   50 ° / 30

       L’oculaire d’André lui procure donc un champ réel de : 1.6 degrés (ou 1° 36’) soit un peu plus de trois fois le diamètre de la pleine lune.

 

     Méthode par mesure sur une étoile

     Pour mesurer le champ réel d’un oculaire, on a besoin d’un télescope (!!!) et d’une montre ou chronomètre.  Il faut tout d’abord trouver une étoile située près de l’équateur céleste. L’hiver on peut se fier à Alpha de Canis Minor, communément appelée Procyon (ad 07 :39.3 ,  dec  +5° 14’) . Les étoiles situées sur ou très près de l’équateur céleste mettent 4 minutes pour se déplacer d’un degré. (le lecteur aura deviner que c’est par la rotation de la terre que l’étoile paraît se déplacer mais restons dans la simplicité…). 

     Alors la méthode est simple. On a qu’à placer l’étoile sur une extrémité du champ de vision de l’oculaire (de préférence vers l'est ;) ) et de mesurer le temps que met cette étoile à traverser le champ de l’oculaire pour se rendre à l’autre extrémité. Ensuite par simple calcul, il est facile de déterminer le champ réel de notre oculaire.

     Par exemple : Si Procyon met 5 minutes 28 secondes (env. 5.5 minutes) pour traverser le champ d’un oculaire alors une simple règle de trois nous permettra de déduire que le champ réel de cet oculaire est de :   5.5 minutes / 4 minutes =  1.375°  (ou 1° 22’ 30’’).

     Connaître le champ réel de quelques uns de ses oculaires peut s’avérer bien utile pour chercher un objet dans le ciel. En effet, on peut se servir de cette donnée pour évaluer les distances qui nous séparent de l’objet recherché en partant d’une étoile située à proximité.

     On a qu’à feuilleter les pages d’une revue astronomique pour y trouver plusieurs marques d’oculaires en vente sur le marché et s’apercevoir qu’il existe plusieurs types d’oculaires. La plupart des oculaires de type Plossl ont un champ apparent de 49° - 52° et si on regarde à l’autre extrême, il y a les « fameux » Nagler de Televue avec un champ de 82°. Avant de faire l’achat d’un oculaire, il peut être intéressant de comparer les points positifs d’un champ apparent plus grand. Il faudra aussi tenir compte du prix qui vient avec malheureusement…

 

* nom réel, personnage réel, télescope réel  :)

 

 

 

Maison

Février 2006